Pendant l'épidémie de Covid-19, si vous êtes en zone orange, certains centres commerciaux de plus de 70000 M2 peuvent être encore fermés. Les horaires ne sont pas respectés. Limitez vos déplacements et interactions sociales conformément aux directives du gouvernement. Voir les dernières informations du gouvernement.

L'Ile Feydeau - Nantes


Il y a longtemps que cette île n'en est plus vraiment une, mais l'habitude est une seconde nature et c'est pour cela que dans le cœur et l’âme des Nantais, elle reste malgré tout l'île Feydeau. Ce magnifique morceau de terre sur lequel tant les touristes que les Nantais aiment maintenant se balader n’était encore il y a de cela quelques siècles qu'un marécage où il ne faisait pas vraiment bon de se trouver et on ne l'appelait pas île de Feydeau, mais plutôt « grève de la Saulzaie ». C'est au XVe siècle que le duc François II décide d'exploiter le lieu en y faisant construire une église ainsi qu'une halle aux poissons. L'église est rapidement construite, c'est la chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours, mais l'île fait immédiatement apparaître des problèmes sérieux avec lesquels les architectes seront bien obligés de faire face pendant encore trois siècles : l’instabilité des sols. Elle est telle que pour y remédier le duc entreprend de consolider et améliorer le terrain. Ses efforts ne seront pas vains, mais il serait aussi prétentieux de dire qu'ils furent entièrement couronnés de succès. Il convient de noter qu'à cette époque là, les terrains de l'île n'appartiennent pas encore à la ville de Nantes, ils ne le deviendront qu'en 1722.

Les véritables travaux d’aménagement ne commencent qu'un an avant que la ville de Nantes n'achète les terrains, en 1721. La ville vit en effet son âge d'or, la vente de rhum, de sucre et le trafic d'esclaves l'enrichisse ainsi que beaucoup de ses habitants. C'est justement dans cette catégorie que se trouve ceux qui aimeraient bien se construire leur petit palais et l'île convient à merveille à tous. Ces terrains sont hélas exagérément instables ce qui fait que toutes les résidences que l'on essaie d'y bâtir s'inclinent avant même que les travaux aient vraiment pris de l'avancée. L'usage des pilotis ne sauvera pas la situation et 29 ans après le début des travaux d'urbanisation de l'île, il n'y a que quatre immeubles qui ont pu y être construit. La tendance change radicalement lors qu'un certain Pierre Rousseau y fait son apparition. Contrairement à ses prédécesseurs, il lui est arrivé de voir comment les hollandais, dont le pays est un véritable terrain inondé, remédient à ce malencontreux caprice de la nature. Il décide d'appliquer la même technique qu'eux et des pilotis, on passera aux radeaux de bois pour asseoir les fondations. Le succès est le même qu'en Hollande et tous les bourgeois de la ville se hâtent d'y construire leurs domiciles.

Ce sont justement ces superbes demeures qui donnent à l'île tout son charme aujourd'hui. Somptueuses, grandioses, figées dans le temps, elles rappellent à tous cette période dorée de l'histoire de Marseille. Tout comme à l'époque cette île sert de transition à deux parties de la ville. C'est un lieu de balade par excellence et il n'est pas vraiment surprenant qu'il soit tant aimé des touristes et des Nantais qui peuvent encore venir s'asseoir sur l'ancien quai en "regardant couler" ce bras de la Loire qui n'existe pourtant plus de 1930.

© Horaire.com