Pendant l'épidémie de Covid-19, si vous êtes en zone orange, certains centres commerciaux de plus de 70000 M2 peuvent être encore fermés. Les horaires ne sont pas respectés. Limitez vos déplacements et interactions sociales conformément aux directives du gouvernement. Voir les dernières informations du gouvernement.

Cours des 50 Otages - Nantes


Les personnes nées avant la guerre se souviennent qu'il fut une époque où ce lieu ne portait pas un nom aussi triste. L'histoire du cours des 50 otages est entièrement lié au destin d'un homme : Karl Hotz. Une rivière coulait sur le site qui est présentement occupé par le cours des 50 otages, c'était la rivière de l'Erdre. Le problème avec cette dernière est que non seulement elle sortait fréquemment de son lit, provoquant de ce fait régulièrement des inondations, mais en plus elle ne facilitait pas vraiment la circulation qui à ce moment se développait rapidement. Il fut donc décidé de la dévier. La ville de Nantes fit appel pour réaliser le projet à une société allemande étant donnée que l'Allemagne était dans le devoir de compenser les dégâts occasionnés lors de la première guerre mondiale. La société envoya une équipe de techniciens qui était dirigée par un ingénieur du nom de Karl Hotz. Les travaux de comblement sont longs et pénibles et durent plus de temps que prévus. A la place de la rivière enfin déviée, apparaissent le tunnel et le canal Saint Félix en 1934, puis dans le but de faciliter davantage la circulation, le conseil municipal prend, en 1937, la décision d'y construire un boulevard.

Seulement voilà, avant même que le projet soit mené à bout la seconde guerre mondiale démarre et le commandant des forces d'occupation qui est nommé à Nantes est...Karl Hotz. Le destin voulu que c'est dans la ville où il travailla autrefois comme ingénieur qu'il trouva la mort, exécuté par trois résistants le 20 octobre 1941. Le haut commandement allemand qui ne peut pas se permettre de laisser passer cette affaire, car il risque bien de perdre le contrôle des populations se lance dans des représailles très sévères, 50 otages seront exécutés en retour. Lorsque le conseil municipal vers la fin de la guerre recommence à nouveau à envisager la construction de l'autoroute prévue encore avant la guerre, il décide de le baptiser non plus " Boulevard de l'Erdre "comme prévu à l'origine, mais "Cours des 50 otages" en hommage à tous les malheureux morts à la suite des représailles allemandes.

 

© Horaire.com